Description du projet

Biographie

Clémentine Chalançon

Née en 1995 à Lyon, France.

Vit et travaille à Lyon, France.

Biographie

Clémentine Chalançon

Née en 1995 à Lyon, France.

Vit et travaille à Lyon, France.

Récemment diplômée d’un DNSEP à l’Ecole Supérieure d’Art et Design de Saint Etienne (France), Clémentine Chalançon partage sa production artistique entre photographie et peinture.

Elle use ainsi de ses photographies comme sujet, peignant les paysages par le filtre de ses propres prises de vues. Distancés de la réalité par les effets photographiques, les paysages se transforment. Difformes, flous, ils laissent apparaître les zones d’ombre qui les composent. C’est le propre de la pratique artistique de l’artiste, se situer à la limite des choses, entre abstraction et figuration, photographie et peinture, réalité et fiction.

Pour la Biennale de Rabat, Clémentine Chalançon dévoile la matérialité d’un monde qui lui est propre. Ancrée dans une peinture figurative, l’artiste, par un processus de distanciation, resitue ses paysages pour ce qu’ils sont : les souvenirs transformés d’un espace qui n’existe déjà plus.

2019

Paysages Manufacturés

OFF Biennale de Lyon 2019, Centre Culturel de l’Aqueduc, Dardily, France.

2019

Starting Blocks

Cité du Design, Saint-Etienne, France.

2019

Vitrine de l’ADERA

Ateliers du Grand Large, Décines-Charpieu, France.

2018

Nuit de la photographie

Festival 9ph, Esplanade du Bleu du Ciel, Lyon, France.

2018

Ce n’est qu’un combat, continuons le début

Ceysson & Bénétière, Saint-Etienne, France.

Portrait

Oeuvres

Clémentine Chalançon
2019
Peintures
Huile sur toile
Différentes dimensions
Courtesy de l’artiste

« Pour peindre, j’utilise des images : paysages, désert, montagne, coucher de soleil, bâtiment de résidence de tourisme, haies, massif floral, canard sur l’eau, neige, formes floues qui défilent vues du train. Ce sont des images surexposées, sous-exposées, ou avec des contrastes trop forts ; les formes émergent à peine du noir, ou sont effacées par trop de lumière ; il y a des poussières collées au négatif, un voile sur la pellicule, beaucoup de bruit, de grain. Les défauts de ces images manifestent leur matérialité.

L’image sert de guide pour qu’en peignant, mes gestes aient un but. Les peintures qui en résultent témoignent d’intentions : tracer, placer, remplir, contourner, préciser, recouvrir. Elles sont faites d’aller-retours entre les indices de figuration et l’évidence des taches, traces, traits de matière.

Les images issues des appareils valent comme enregistrements, empreintes du réel. En peignant une image, on la détache de ces liens. Une peinture existe d’abord dans son propre espace, et  incarne un rapport au monde dans une matière indépendante. »

C.C